15 États américains contre les réductions de CO2

centrale-charbon

Cette action engagée cette semaine représente la première tentative par des États pour empêcher la mise en oeuvre d’une importante initiative du président Barack Obama pour faire baisser les émissions de dioxyde de carbone (CO2) émises par les centrales au charbon dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique.

Les mesures proposées par l’administration américaine ont pour objectif de réduire de 32 % les émissions de CO2 des centrales électriques au charbon d’ici 2032 par rapport à leur niveau de 2005.

Pour ce faire, les États et les sociétés de production électrique sont tenus d’utiliser moins de charbon et plus de gaz naturel, moins polluant et abondant aux États-Unis, ainsi que davantage d’énergies renouvelables surtout solaire et éolienne.

Selon certaines estimations d’experts, les réglementations Obama pourraient entraîner une baisse de 20 % de la demande de charbon qui aujourd’hui compte pour la moitié de la production électrique américaine.

Patrick Morrisey, ministre de la Justice républicain de l’État de Virginie occidentale a déclaré ce jeudi dans un communiqué que:

“Ces réglementations sont les plus étendues jamais proposées dans le secteur de l’énergie dans l’histoire du pays et l’Agence de protection de l’environnement (EPA) n’a tout simplement pas l’autorité pour les appliquer”

Cet État est le second producteur de charbon du pays et a été rejoint dans cette procédure par le Kentucky, au troisième rang et le Wyoming, le numéro un avec 40 % de la production houillère américaine, selon la National Mining Association.

Les autres États qui se sont joints à cette action en justice sont entre autres l’Arkansas, l’Indiana, le Kansas, la Louisiane, le Michigan, l’Ohio, la Floride et le Dakota du Sud.

Selon les nouvelles réglementations de l’EPA, les États ont jusqu’à septembre 2016 pour soumettre leur programme de réduction des émissions de CO2 à l’EPA afin de s’y conformer.

Les adversaires de cette initiative pour réduire l’usage du charbon, le plus polluant en CO2, affirment que cela va entraîner une augmentation des coûts de l’électricité et déprimer davantage ce secteur minier dont plus d’une trentaine de firmes ont fait faillite depuis 2011.

Les quinze États ont engagé leur action auprès de la Cour fédérale d’Appel de Washington DC. 

SourceAFP
PARTAGER

Commentaire Facebook !