Amende salée pour les conducteurs d’Uber

1000$ d’amende si les conducteurs d’Uber font payer les utilisateurs

La Ville d’Edmonton promet de sévir contre les chauffeurs d’Uber qui feraient payer leurs passagers, après que la capitale albertaine soit devenue la cinquième ville canadienne à accueillir l’application controversée de covoiturage.

L’entreprise a annoncé jeudi le démarrage de son service à Edmonton. Toronto, Montréal, Ottawa et Halifax l’hébergent également.

Uber permet de jumeler chauffeurs et passagers membres. Les clients voient en temps réel sur leur téléphone mobile les membres d’Uber qui circulent autour de l’endroit où ils se trouvent et peuvent leur transmettre une requête par l’entremise de l’application. Les conducteurs, eux, utilisent leur propre voiture et facturent au passager un tarif moins élevé qu’un taxi.

Ce dernier point est illégal pour la Ville d’Edmonton. Son responsable des permis de taxis qualifie les contrevenants de « taxis bandits ». « Ils seront sujets à une amende de 1000 $ en vertu du règlement sur les véhicules d’embauche et à une amende de 400 $ pour le règlement sur les licences commerciales », avertit Garry Dziwenka.

Les responsables d’Edmonton avaient dit être ouverts au service Uber, à condition que l’entreprise engage des chauffeurs qui possèdent un permis de taxi. Le seuil maximal de 1300 taxis est toutefois presque entièrement atteint. Pour le changer, cela requiert un vote du conseil municipal.

Il faut aussi que les taxis respectent certaines normes, comme être distinct et avoir une plaque d’immatriculation de la Ville. Les chauffeurs doivent également détenir un permis de conduire professionnel.

Image négative

L’entreprise Uber a mauvaise presse en ce moment. Aux États-Unis, un chauffeur d’Uber du Massachusetts a été accusé mercredi d’agression sexuelle. L’application a été interdite en France et en Espagne, ainsi qu’à New Delhi, après un cas de viol présumé par un conducteur de l’entreprise.

Uber Canada rappelle qu’elle vérifie les antécédents de ses chauffeurs auprès de la police.

PARTAGER

Commentaire Facebook !