Des autobus de Stockholm roulent grâce aux égouts

Stockholm,ville de 2 millions d’habitants, alimente une grande partie de ses autobus avec du biogaz issu des déchets des égoûts sanitaires.

Grâce aux eaux usées, 3.000 m3 de gaz naturel sont produits par heure, avec une pureté finale de 97 %. Il est alors utilisé comme carburant pour des véhicules fonctionnant au gaz.

C’est une usine de traitement des eaux usées, construite par Schmack Carbotech, qui alimente en méthane les bus de la capitale. Elle est située au cœur d’une montagne à moins de quelques centaines de mètres du centre-ville. C’est un vaste complexe de tunnels, de 20 km de long, où s’alternent bassins de décantation et réservoirs. Il est prévu que cette usine puisse produire, annuellement, plus de 180 millions de kWh de gaz naturel, permettant de couvrir environ 40 % des besoins annuels en carburant de la métropole suédoise.

Grâce à l’utilisation de carburants bio dans ses transports publics, Stockholm économise chaque année 130.000 tonnes de CO2 nuisibles à l’environnement.

L’entreprise Schmack Carbotech avait déjà livré, au printemps 2015, une usine de traitement du biogaz à Sofielund, toujours non loin de Stockholm, où la source principale est cette fois constituée de déchets organiques.

Engagé de longue date dans la transition énergétique, le pays est un véritable laboratoire des nouvelles énergies pour tous les grands opérateurs mondiaux de transport public.

La Suède s’est avant tout organisée pour abandonner toute énergie fossile, en subventionnant massivement les carburants alternatifs.

Magnus Akerhielm, le patron de Keolis Suède, le second exploitant de bus urbains du pays, mentionne que:.

« Sur les 1 800 bus que nous exploitons aujourd’hui dans l’ensemble de nos réseaux dans le pays, nous n’en n’avons que 18 qui roulent encore au diesel, soit 1 % du parc qui fonctionne encore grâce à une source carbonée ».

Ragna Forslund, la patronne de l’autorité organisatrice des transports de la capitale suédoise ajoute:

« En 2014, 93 % de nos bus et trains fonctionnaient grâce aux énergies renouvelables contre à peine 73 % en 2007,  Nous avons déjà dépassé notre objectif  de 90 % prévu à l’origine pour 2020. En 2030, l’objectif est de 100 %. »

La prochaine étape pour la Suède est  l’électrification des flottes de bus, avec des véhicules hybrides ou électriques, énergie produite grâce à l’eau, qui est abondante là-bas, et aux éoliennes.

En Suède, les technologies respectueuses de l’environnement sont entrées dans les mœurs et font l’objet d’une demande importante : 40% des voitures nouvellement immatriculées roulent au biogaz ou à l’électricité.

Alors qu’un débat fait rage au Québec sur le futur rejet par Montréal de 8 milliards de litres d’eaux des égouts directement dans le fleuve, est-ce que Stockholm serait un exemple à suivre?

PARTAGER

Commentaire Facebook !