Les concepteurs de “Candy Crush” sont-ils trop gourmands ?

Devenus riches les concepteurs de Candy Crush roulent maintenant en Porsche mais en voulaient encore plus!

Cette cupidité les a poussés à prendre une très mauvaise décision d’affaires.

Le studio avait pris récemment la décision de protéger légalement le terme “Candy”, qui veut juste dire bonbon, et en faire une marque déposée. Ainsi, il voulait par le fait même interdire toute autre utilisation de ce mot qui est pourtant générique dans le titre d’autres jeux concurrents sur l’App Store.

Il ont même récidivé quelques jours plus tard en déposant le terme “Saga” comme marque protégée.

On se pose tout de même la grande question sur le niveau de compétences de l’entité juridique censée gérer les marques déposées en Angleterre, car c’est cet organisme qui a entériné ces demandes. Il semblerait que le Studio King a aussi protégé les mots “Candy” et “Saga” aux États-Unis.

Scandalisés par une absurdité semblable, un groupe de développeurs de l’industrie du jeux se sont réunis pour contrer ce dérapage et a lancé une riposte ciblée, l’objectif étant de publier sur l’AppStore le plus d’applications possibles contenant les mots “Candy” ou “Saga”.

Résultat, des dizaines et bientôt plus d’une centaine de jeux contenant les mots “protégés” débarquent en force sur l’AppStore. Parmi eux, Candy Crap Saga, The “Saga” Saga, CanDieCanDieCanDie, ThisGameIsNotAboutCandy, CANDY on the EDGE, Candy Escape Goat Saga, et Candy Crush SEGA..

Suite à la levée de bouclier sur Internet et dans l’Industrie du jeux, la direction du Studio King tente de calmer la tempête en indiquant qu’il ne voulait que protéger ses intérêts commerciaux et non pas interdire l’utilisation du mot “Candy” à tous.

Maintenant, il reste à savoir qui aura dorénavant le droit d’utiliser le mot “Candy” et “Saga” sans se faire poursuivre en justice………

Candy Crush, un jeu vidéo sur Facebook et mobile, compte aujourd’hui plus de 45 millions de joueurs. Son principe simple mais addictif pousse ses utilisateurs à y dépenser plus de $450,000 par jour.

PARTAGER

Commentaire Facebook !