CGI dans la mire de l’UPAC

Un contrat dont la valeur est estimée entre 560 000$ et 1 million a été refusé par le corps de police de la SQ  malgré que la firme informatique CGI l’avait remporté lors d’un appel d’offres.

La SQ n’a pas voulu commenter ces informations, ni préciser les raisons exactes qui l’ont poussée à vouloir priver CGI de ce contrat de conception d’une banque de données informatisée de renseignements de sécurité.

Le lieutenant Guy Lapointe, porte-parole du corps de police a simplement indiqué ceci:

«À la suite des vérifications que nous avons effectuées en raison d’allégations d’irrégularités, la Sûreté du Québec, par souci de transparence, a choisi de transmettre ce dossier à l’UPAC»

La porte-parole de l’UPAC, Anne-Frédérick Laurence, a indiqué avoir effectivement «en main un dossier confié par la SQ».

Chez CGI, on a une autre lecture des faits. On explique plutôt que c’est la firme qui a décidé de jeter l’éponge, au mois de juillet, après «des échanges et des discussions avec la SQ». Par contre, selon certaines informations, la firme CGI avait été avisée bien avant qu’elle n’aurait pas ce contrat.

CGI n’a pas voulu dire si elle savait que l’UPAC avait été saisie du dossier à l’issue de la vérification policière, ni pourquoi.

Nous savons que c’est maintenant la firme Fujitsu, arrivée en deuxième,  qui aurait obtenu le contrat pour une somme encore non divulguée.

PARTAGER

Commentaire Facebook !