La Chine lance un satellite « quantique »

La Chine vient de lancer Quess, un satellite équipé d’un système de communication quantique.

L’objectif ? Démontrer la capacité du pays à maîtriser cette technologie qui pourrait révolutionner le secteur de l’information et de la communication.

La Chine est-elle en passe de trouver une parade contre le cyberespionnage ? Ce lundi 15 août, elle a lancé un satellite baptisé Quess (pour Quantum Experiments at Space Scale, en anglais) et équipé d’un système de communication quantique qui pourrait bien révolutionner la sécurité des communications. Ce satellite sera utilisé pour transmettre des clés de chiffrement quantiques, virtuellement impossibles à intercepter par un tiers. Il s’agit là d’une technologie de cryptage particulièrement efficace pour protéger le contenu des données et qui intéresse également les gouvernements européens, canadiens et américains.

La communication quantique repose sur la technologie de distribution de clés quantiques (QKD pour Quantum Key Distribution en anglais), explique Axel Bonnette du service de veille scientifique du Ministère des affaires étrangères. ” Les données sont chiffrées via des clés de cryptage véhiculées par des particules quantiques comme des photons polarisés. » L’utilisation de photons pour faire circuler l’information ” permettrait des échanges de données à haute vitesse et pourrait être utilisé à travers les infrastructures de fibre optique existantes ». En laboratoire, les Chinois sont parvenus à maîtriser cette technologie mais seulement sur de très courtes distances. Avec ce satellite, ils souhaitent démontrer qu’ils sont capables de transmettre ces clés de chiffrement sur des distances de plusieurs centaines de kilomètres.

Un nouveau mode de communication complètement sûr ?

Plusieurs essais de transmission sont prévus. Ils doivent permettre d’expérimenter la distribution quantique de clés à grande vitesse entre l’espace et le sol (environ 500 kilomètres) et la faisabilité technique d’un réseau de communication à longue distance d’environ 1.000 kilomètres au sol et jusqu’à 500 kilomètres entre le sol et l’espace.

Concrètement, le satellite relayera des transmissions entre deux stations au sol et tentera d’établir une communication avec un autre satellite en orbite et le module habitable Tiangong 2 dont le lancement est prévu en septembre. Des expériences sur l’intrication quantique et la téléportation quantique, pour valider certaines théories en physique quantique, sont également prévues.

À terme, cette technologie pourrait révolutionner la sécurité des télécommunications. L’information quantique ouvre des perspectives de communications de meilleure qualité par rapport à aujourd’hui et de plus grande sécurité par rapport à celle des algorithmiques. Elle représente donc un espoir sérieux contre le cyberespionnage.

PARTAGER

Commentaire Facebook !