Les enfants buvant du lait entier sont plus minces que les autres

jeune-fille-verre-lait

Une étude canadienne montre que les enfants qui boivent du lait entier sont plus minces que ceux qui boivent du lait écrémé ou demi-écrémé.

L’étude montre aussi que les enfants qui consomment du lait entier ont davantage de vitamine D dans l’organisme.

Pour conduire ces recherches, une équipe de l’hôpital St. Michael de Toronto a analysé des données concernant 2.745 enfants âgés de deux à six ans.

Les chercheurs ont interrogé leurs parents au sujet de leur consommation de lait, ont mesuré la taille et le poids des enfants afin de calculer leur indice de masse corporelle (IMC) et ont recueilli des échantillons de sang pour mesurer le taux de vitamine D.

Parmi les parents interrogés, 49% ont déclaré que leurs enfants buvaient du lait entier (à 3,25% de matières grasses), 35% du lait demi-écrémé à 2%, 12% du lait demi-écrémé à 1%, et 4% du lait écrémé. Moins d’1% des enfants étudiés buvaient une combinaison quelconque de ces quatre types de lait.

La vitamine D, soluble dans la graisse

Les chercheurs ont ainsi pu découvrir que les enfants qui consommaient du lait entier avaient un IMC inférieur de 0,72 point à celui des enfants buveurs de lait demi-écrémé à 1% ou 2%, une différence correspondant à celle séparant un poids normal d’un surpoids, selon l’auteur de l’étude, le docteur Jonathon Maguire.

De plus, les enfants buvant une tasse (environ 250ml) de lait entier par jour avaient un taux de vitamine D dans le sang supérieur à celui des enfants buvant presque trois fois plus de lait à 1%.

L’équipe de chercheurs suggère que ce niveau supérieur de vitamine D peut s’expliquer par le fait que la molécule est liposoluble. Comme elle se dissout dans la graisse et non dans l’eau, le lait dont la teneur en matières grasses est plus élevée contient davantage de vitamine D.

Il se peut qu’il existe une relation inversement proportionnelle entre la masse graisseuse corporelle et les réserves de vitamine D, et que les enfants les plus gras voient ainsi leur taux de vitamine D chuter.

À l’encontre des recommandations officielles

Même si l’étude ne se penchait pas sur la relation directe entre la consommation de lait entier et un IMC plus bas, le docteur Maguire émet l’hypothèse que, parce qu’il est plus riche en matières grasses, le lait entier rassasie les enfants plus vite à quantité égale. Les enfants qui ne se sentent pas rassasiés peuvent donc être enclins à manger davantage d’aliments parfois moins diététiques ou plus caloriques, et finir par consommer plus de calories que les enfants s’en tenant au lait entier.

Les recommandations actuelles du ministère de la Santé canadien, ainsi que des institutions équivalentes aux États-Unis, vont à l’encontre des résultats de l’étude, puisqu’elles conseillent aux parents de servir du lait écrémé ou demi-écrémé à leurs enfants âgés de plus de deux ans afin de réduire les risques d’obésité. Le docteur Maguire souligne que ses résultats rendent nécessaires un réexamen de ces recommandations officielles.

L’obésité infantile a triplé en Amérique du Nord au cours des 30 dernières années, tandis que la consommation de lait entier a doublé pendant le même laps de temps.

Il faudrait ce pencher sur d’autres facteurs que le lait. La combinaison du manque d’exercise physique, la sédentarité et la nouriture riche en calorie peut-être?

L’étude est publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition

PARTAGER

Commentaire Facebook !