L’exposition prénatale à la pollution endommage le cerveau

Une exposition prénatale à la pollution atmosphérique endommage des portions du cerveau responsables du traitement de l’information et de la maîtrise du comportement, ont découvert des scientifiques américains.

Les chercheurs de l’Hôpital pour enfants de Los Angeles ont étudié 40 enfants peu avant leur naissance, et jusqu’à l’âge de 7 ou 9 ans.

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) sont un produit neurotoxique qu’on retrouve partout dans l’environnement, chez soi ou en milieu de travail. Ils proviennent notamment des moteurs à essence, de la combustion du mazout, de la fumée de cigarette et des feux de forêt. Les HAP traversent aisément le placenta pour aller interférer avec le développement du cerveau.

Un examen en imagerie par résonance magnétique a permis de constater qu’une exposition aux HAP pendant la gestation se traduisait par une réduction de presque toute la substance blanche de l’hémisphère gauche du cerveau, une perte associée à un ralentissement du traitement de l’information et à des problèmes du comportement comme le trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention et l’agressivité.

Les conclusions de cette étude sont publiées par la revue médicale JAMA Psychiatry.

PARTAGER

Commentaire Facebook !