Les girafes menacées de disparaître à court terme

girafe afrique voie de disparition

Braconnée et privée de son habitat, la girafe vient rejoindre la liste rouge des espèces menacées. On est en train d’assister à une régression de la vie sur la Terre et nous en sommes responsables.

Icône de l’Afrique, l’animal terrestre le plus grand a perdu 40 % de son effectif ces 30 dernières années, alerte l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

En 2015, sa population a chuté en dessous de 100 000 (environ 97 500, contre 155 000 en 1985) : « ces animaux majestueux sont confrontés à une extinction silencieuse », observe Julian Fennessy pour l’UICN, organisation de référence chargée de suivre l’état des espèces dans le monde.

Les girafes, jusqu’ici considérées comme peu menacées, figurent désormais sur la liste des animaux « vulnérables », premier niveau les classant ainsi à risque d’extinction.

Sur neuf sous-espèces réparties dans 21 pays, trois se portent bien, l’une est stable, mais les cinq autres connaissent un net déclin, selon ce rapport publié au Mexique en marge de la Conférence de l’ONU sur la biodiversité.

À l’origine de ce désastre, le braconnage et la perte de leur habitat, menacé par l’agriculture et l’exploitation minière, ainsi que les poussées d’instabilité civile et sociale, explique l’UICN, qui a mis à jour ses bilans à l’occasion de la conférence réunie à Cancún jusqu’au 17 décembre.

Selon les scientifiques, la Terre connaît une nouvelle extinction de masse, la 6e seulement en 500 millions d’années : aujourd’hui, les espèces disparaissent 1000 à 10 000 fois plus vite qu’il y a un siècle ou deux.

Juste découverts, déjà éteints

La liste de l’UICN inclut à ce jour 85 604 espèces animales et végétales (une fraction seulement du total), dont 24 307 sont menacées d’extinction.

Ces dernières années, 742 espèces d’oiseaux ont été identifiées (ce qui fait 11 121 au total). Mais 11 % d’entre elles sont déjà jugées « menacées ».

Par exemple, le troglodyte de Serna, un roitelet de Colombie, pourrait voir la moitié de sa population décimée par un projet de barrage. La magnifique artamie azurée des Comores voit son habitat grignoté par l’agriculture et les plantes invasives.

Treize de ces espèces « nouvelles » ont même déjà disparu, notamment dans des îles colonisées par des plantes invasives.

« Hélas, identifier plus de 700 espèces “nouvelles” ne signifie pas que les oiseaux du monde vont mieux », souligne Ian Burfield, chargé de cette liste.

« Plus nos connaissances s’approfondissent, plus nos préoccupations se confirment : l’agriculture non durable, la déforestation, les espèces invasives, le commerce illégal conduisent toujours plus d’espèces à l’extinction ».

Ainsi le perroquet jaco, très prisé des amateurs, car parmi les meilleurs parleurs, voit sa situation se dégrader.

Petite lumière dans le noir, grâce aux efforts de protection, cela s’arrange pour plusieurs espèces endémiques sur certaines îles, comme pour le bouvreuil des Açores ou le pluvier de Saint-Hélène.

Dans un autre environnement, en eau douce, l’UICN suit désormais les habitants des mollusques, crabes, poissons, mais aussi des libellules du lac Victoria.

Mais cette richesse est aujourd’hui menacée par des colonisateurs tels que l’énorme perche du Nil, ainsi que par la sédimentation et la pollution des eaux générées par l’agriculture (pesticides).

« Beaucoup d’espèces disparaissent avant même que nous ayons eu le temps de les décrire », déplore le directeur de l’UICN, Inger Andersen : « Cette mise à jour montre que cette extinction pourrait bien être plus étendue que nous ne l’imaginions. »

« Les États réunis à Cancún doivent accroître leurs efforts pour protéger la biodiversité de notre planète, ajoute-t-il : pas simplement pour la biodiversité elle-même, mais aussi pour l’homme, notamment sa sécurité alimentaire et le développement durable. »

L’UICN tient d’ailleurs une liste pour les espèces végétales sauvages, largement menacées par l’expansion agricole.

Selon une étude récente parue dans Nature, trois quarts des espèces animales et végétales menacées ou quasi menacées sont victimes de surexploitation (pour le commerce, les loisirs, la subsistance). Plus de la moitié voient leur habitat naturel converti en plantations ou en élevages.

En outre, 19 % de ces espèces sont déjà menacées par le changement climatique.

NB: La population mondiale de l’Homo sapiens continue de croitre à un rythme qui est invesement proportionnel à celle de la biodiversité sur Terre. En 1950 nous étions un peu plus de 2,5 milliards. Maintenant nous sommes 7,5 milliards, soit trois fois plus. 

Article à lire sur le même sujet:  60% des populations de vertébrés de la planète ont déjà disparus

Commentaire Facebook !