En repos dans la nature, l’Homme déteste la cohabitation avec les oiseaux

bernache-canada

Rien ne va plus entre les bernaches du Canada et la municipalité d’Ottawa. Cette dernière ne supporte plus de voir les oiseaux qui prennent leurs aises sur les bords de la rivière Outaouais.

plageL’origine de cette querelle : la quantité trop importante de fientes qu’une colonie rejette dans l’eau et plus particulièrement sur une parcelle de rive qui fait office de plage pour les citoyens de la ville.

Les autorités municipales mentionnent qu’il ont dû la fermer durant deux semaines l’an dernier pour raisons sanitaires et ce, à cause d’eux.  Un état de fait que la ville considère inacceptable et a décidé cette année de tout mettre en œuvre pour chasser les volatiles indésirables de son territoire.

Une décision apparemment plus facile à dire qu’à mettre en œuvre. La ville avait tenté de ce débarrasser des oiseaux avec plusieurs techniques sans succès comme avec des chiens spécialement dressés pour l’exercice, des canons à bruit, des appeaux et d’autres artifices. Des agents municipaux ont même eu recours à l’épandage d’un gaz odorant censé repousser les Bernaches mais apparemment les volatiles se sont habitués à l’odeur.

droneMaintenant la ville croit avoir la solution et va utiliser une entreprise privée possédant un petit hélicoptère télécommandé, de 66 cm d’envergure, agrémenté des plusieurs hauts parleurs qui diffuseront des cris de prédateurs afin d’effrayer les Bernaches. Chaque matin un pilote enverra son drone à la chasse aux oiseaux.

Il en coûtera à la ville 30.000 dollars pour le projet pilote de 3 mois cette saison afin de conserver ce petit bout de terre exempt de la faune d’origine et ainsi satisfaire l’être humain.

Le conseiller municipal Bob Monette a confié que “Cela a été vraiment efficace”  Il se félicite car depuis le lancement du projet de drone le mois dernier, la colonie d’oies Bernache s’est dispersée et la plage a pu rester ouverte à l’usage de la population humaine.

La Commission de la capitale nationale (CCN) et les villes d’Ottawa et de Gatineau tentent, depuis plusieurs années de se débarrasser des bernaches dans les parcs et les plages.

En 2006, la Ville d’Ottawa a déjà été inculpée après avoir effectué, pendant 10 jours consécutifs, un important déversement de plus de un milliard de litres d’égout non traité et sans en aviser le le ministère de l’Environnement.  Les déversements des eaux d’égouts sont encore effectués de nos jours dans la zone où est située la plage,  mais seulement lors de fortes pluies.

PARTAGER

Commentaire Facebook !