L’importance de l’exercice physique chez les personnes âgées

entraînement en force chez les personnes âgées

Les nouvelles découvertes de chercheurs australiens suggèrent qu’améliorer sa force musculaire pourrait bénéficier également aux fonctions cérébrales, et prévenir potentiellement l’apparition d’une démence.

Leur étude, conduite à l’université de Sydney dans le cadre du projet SMART (étude sur l’entraînement mental et en résistance), montre pour la première fois qu’un lien positif existe entre l’entraînement progressif en résistance et les fonctions cérébrales chez les personnes âgées de plus de 55 ans souffrant d’un trouble (ou déficit) cognitif léger.

Ce trouble n’empêche pas les personnes atteintes de vivre de manière indépendante, mais il réduit leurs capacités cognitives, notamment leur mémoire, et il est précurseur de la maladie d’Alzheimer.

Pour cette étude, les chercheurs se sont penchés sur 100 adultes socialisés atteints de déficit cognitif léger et âgés de 55 à 86 ans.

Ils les ont divisés en quatre groupes suivant chacun l’un des programmes d’entraînement physique et mental suivants : exercices en résistance (ou en force) et entraînement cognitif sur ordinateur, exercices en résistance et placebo d’entraînement cognitif sur ordinateur (consistant à regarder des vidéos sur la nature), entraînement cognitif et placebo d’exercices physiques (étirements assis, callisthénie), ou placebo d’exercices physiques et placebo d’entraînement cognitif.

Plus on est fort, plus le cerveau est en bonne santé

Les exercices en résistance consistaient à soulever des poids deux fois par semaine pendant six mois, en allant puiser au moins 80% de sa force musculaire maximale. Les participants devenant plus forts, le poids à soulever était peu à peu augmenté pour maintenir l’intensité des exercices à 80%.

Les chercheurs ont découvert que le développement de la force musculaire était lié à une amélioration des fonctions cognitives, et le responsable de l’étude, le docteur Yorgi Mavros, de la faculté des sciences de santé de l’université de Sydney, l’explique ainsi : “Plus les gens devenaient forts, plus leur cerveau en bénéficiait.”

Il en tire le conseil suivant : “Plus les gens âgés feront des exercices en résistance, par exemple en soulevant des poids, plus ils seront en bonne santé. La clé, cependant, est de s’assurer de pratiquer ces exercices fréquemment, au moins deux fois par semaine, et à une intensité assez forte pour maximiser le gain en force. Alors le cerveau en profite complètement.”

Plusieurs résultats scientifiques préalables entrent en résonance avec ceux de l’étude : le projet SMART a déjà permis de découvrir que soulever des poids permettait d’augmenter la taille de certaines régions du cerveau. De même, une étude britannique menée pendant 10 ans sur des couples de sœurs jumelles a montré que celle des deux qui avait le plus de force dans les jambes au début de l’étude avait, à la fin de la période de 10 ans, une meilleure cognition et que son cerveau avait moins souffert du vieillissement.

Enfin, une équipe de chercheurs américains a également découvert que travailler sa force réduisait le risque de développer une maladie cardiovasculaire ou un cancer, et une équipe de l’université de Los Angeles a pu montrer cette année qu’une activité physique régulière pouvait augmenter la taille du cerveau et diminuer le risque de déclin cognitif chez les personnes âgées.

SourceKarger et RelaxNews
PARTAGER

Commentaire Facebook !