La pollution nuit à l’apprentissage

La pollution atmosphérique pourrait nuire au développement cognitif des enfants, prévient une étude réalisée par des chercheurs espagnols.

Les chercheurs du centre espagnol CREAL ont notamment mesuré la mémoire de travail et la capacité de concentration de plus de 2700 enfants âgés de 7 à 10 ans. Certains enfants fréquentaient des écoles où ils étaient exposés à des niveaux élevés de pollution atmosphérique, contrairement aux autres.

Le développement cognitif des enfants qui fréquentaient les écoles polluées semblait plus lent. Par exemple, la mémoire de travail des enfants qui fréquentaient les écoles peu polluées s’est améliorée de 11,% sur 12 mois, comparativement à seulement 7,4% pour les autres.

Les auteurs de l’étude ont tenu compte des facteurs socioéconomiques qui pourraient expliquer ces résultats, mais ils n’excluent pas que la pollution atmosphérique ne soit pas la seule en cause.

Les conclusions de cette étude ont été publiées par le journal médical PLOS Medicine.

PARTAGER

Commentaire Facebook !