Le plus vieux cas de cancer au monde

Des scientifiques, dont une Canadienne originaire de la Saskatchewan, auraient découvert le cas de cancer le plus ancien de l’histoire du monde.

Des ossements retrouvés en Sibérie, qui datent de 4500 ans, ont permis de conclure que l’homme, qui avait entre 35 et 45 ans au moment de sa mort, avait souffert d’un cancer du poumon ou de la prostate qui s’était propagé partout dans son corps.

La bioarchéologiste de l’Université de Saskatchewan Angela Lieverse a précisé que d’autres chercheurs étaient arrivés à des constats semblables en étudiant des restes humains plus anciens, mais ils n’avaient pas pu confirmer les diagnostics de cancer ou s’il s’agissait de tumeurs bénignes. Ces cas ont été observés sur des restes humains datés de 5000 à 6000 ans.

« C’est l’un des plus vieux, sinon le plus vieux cas de cancer qu’on peut réellement confirmer. »— Angela Lieverse, bioarchéologiste à l’Université de la Saskatchewan

Selon Angela Lieverse, leurs résultats démentent l’idée que le cancer est une maladie relativement moderne. Selon elle, certains facteurs non environnementaux et des agents cancérigènes naturels ont joué un rôle dans les plus anciens cas de cancer. Un chasseur-cueilleur aurait par exemple pu inhaler la fumée de feux utilisés pour se réchauffer et cette fumée aurait créé un cancer dans ses poumons.

« Nous avons cette perception que le cancer était pratiquement absent de l’Antiquité parce que les gens n’avaient pas le même style de vie que le nôtre. Ils vivaient dans ces environnements purs et dépourvus d’éléments toxiques. Ils étaient actifs et mangeaient des aliments naturels. C’était par contre plus commun qu’on voudrait le croire. »— Angela Lieverse, bioarchéologiste à l’Université de la Saskatchewan

Leur recherche a été publiée dans la revue scientifique PLOS One.

 

PARTAGER

Commentaire Facebook !