Les médias sociaux menacent nos relations réelles

femme réeaux sociaux

Les médias sociaux nous donnent une certaine liberté de communiquer avec notre famille, nos amis et nos collègues; Cependant, nos vies numériques apparemment heureuses pourraient nuire à nos relations réelles.

Une nouvelle recherche confirme une tendance des dernières années et demontre que maintenant un tiers des personnes communiquent moins face à face à cause des médias sociaux. 

Nos relations personnelles évoluent à mesure que nous communiquons davantage via les médias sociaux. Le dernier sondage révèle qu’un tiers des personnes ont admis qu’elles communiquent moins avec leurs parents (31%), leurs enfants (33%), leurs partenaires (23%) et leurs amis (35%) parce qu’ils peuvent les voir et communiquer avec eux via des médias sociaux.

“Les études montrent que la communication numérique d’aujourd’hui complète la communication de la vie réelle”, a déclaré le Dr Astrid Carolus, psychologue des médias à l’Université de Würzburg. «Nous vivons dans un monde globalisé et très mobile, entraînant des distances entre les partenaires et les membres de la famille. La communication numérique est une occasion de combler les lacunes de nos vies modernes causées par la vie dans différentes villes ou pays. Cependant, la communication numérique ne peut pas remplacer la communication face à face, du moins pas toujours et pas complètement. La communication numérique est moins riche en termes de canaux sensoriels, ce qui se traduit par une réduction de la qualité des communications et relations humaines.

Bien que les gens communiquent moins face-à-face, environ la moitié des répondants croient que la qualité de leurs relations ne souffre pas du tout et est encore mieux en raison de leur connexion avec leurs proches en ligne. Le Dr Astrid Carolus avertit que bien que la qualité de nos relations s’améliore, les gens ne peuvent pas toujours évaluer objectivement leur communication en ligne: “Dans certaines circonstances, ils perçoivent leur communication en ligne comme une« communication hyperpersonnelle et ils peuvent donc mal interpréter les messages sur les médias sociaux. Nous nous sentons particulièrement proches, nous aveuglons l’aspect plutôt négatif, nous nous concentrons sur les intentions positives possibles derrière un message et nous interprétons trop “.

Les résultats de l’étude indiquent que les médias sociaux peuvent, d’une certaine façon, aider à faciliter les canaux de communication et faire disparaître la barrière des distances, il ne fait pas toujours que des gens heureux. Il peut déformer les relations ainsi que de laisser les gens decendre émotionnellement vers le bas et être bouleversé, car ils comparent constamment leur vie à celle des autres. La chasse aux «goûts du jour», et la revalorisation sociale, amène les gens à partager de plus en plus d’informations privées sur les plateformes de médias sociaux, mettant en danger non seulement eux-mêmes, mais aussi leurs amis, leur famille et leurs collègues. Pour ceux qui décident de se fermer des médias sociaux, le sentiment de perdre une vie de souvenirs numériques, y compris des photos et des interactions, peut être difficile à vivre.

Afin d’atténuer les risques du monde en ligne et de prévenir les dommages relationnels dans le monde réel, les gens doivent être plus prudents et hyper avisés sur les informations qu’ils partagent sur les médias sociaux. 

Le rapport complet de Digital Lives peut être lu ici.

PARTAGER

Commentaire Facebook !