Le passage à l’heure d’hiver augmente le risque de dépression

dépression changement d'heure

Les résultats d’une étude médicale suggèrent que le changement d’heure augmentait les cas de dépression grave.

Menée par le professeur Søren D. Østergaard et son équipe de chercheurs de l’hôpital universitaire d’Aarhus, au Danemark, et en collaboration avec les universités de Copenhague et de Stanford, l’étude consistait à analyser 185.419 diagnostics de dépression enregistrés au Registre central danois de recherche psychiatrique entre 1995 et 2012.

L’étude a permis de découvrir que le nombre de patients diagnostiqués dépressifs hospitalisés en psychiatrie augmentait immédiatement après le passage de l’heure d’été à l’heure d’hiver : le nombre de cas est alors environ 8% plus élevé qu’avant la transition.

L’équipe du professeur Østergaard assure également que cette augmentation est bien due à la transition horaire et non pas à d’autres facteurs, comme le raccourcissement de la durée du jour ou la dégradation de la météo, qui étaient pris en compte pour l’étude.

De même, les chercheurs pensent que, même si l’étude se focalisait sur les cas de dépression sévère traités en hôpital psychiatrique, la transition horaire pourrait aussi aggraver le risque d’autres formes de dépression, moins graves.

Travailler près d’une fenêtre

Bien que l’étude ne révèle pas pourquoi la transition horaire pourrait causer cette augmentation du nombre de dépressions, l’équipe avance l’idée que c’est peut-être parce que le changement enlève une heure de soleil en fin d’après-midi pour l’ajouter au matin.

Or le matin, beaucoup de gens ne peuvent pas profiter du jour, car ils sont encore chez eux en train de se préparer pour leur journée de travail. Et quand ils pourraient enfin profiter du jour après leur travail, il fait déjà nuit.

Les résultats peuvent être consultés en ligne sur le site de la revue Epidemiology.

Des études précédentes avaient déjà souligné l’importance de recevoir dans la journée un nombre d’heures minimal de lumière du soleil, surtout en hiver. Elles suggéraient qu’être dehors était plus bénéfique le matin ; il était par conséquent donné comme conseil aux personnes qui ne peuvent pas facilement aller dehors d’ouvrir les rideaux chez eux et de s’installer près d’une fenêtre au bureau afin de maximiser la quantité de lumière qu’ils reçoivent.

Enfin, l’état de la recherche suggère également que l’exercice physique, la luminothérapie et la thérapie comportementale et cognitive peuvent aider à lutter contre la dépression pendant les mois d’hiver.

Pourquoi le changement d’heure existe-t-il et ses désanvatages aujourd’hui

La consommation d’énergie

Le système de changement d’heure avait pour origine la justification d’économiser les dépenses et les carburants liées à la production d’éclairage grâce aux 60 minutes d’ensoleillement gagnées en soirée. Le ministère de l’Écologie français étudie la possibilité d’y mettre fin.

En 2009, le ministère avait estimé que le changement d’heure avait permis d’économiser 440 gigawatt-heure (GWh) en éclairage, soit 0,1 % seulement de la consommation totale française en éclairage, ce qui représente environ 800 000 ménages. 

Mais des études récentes ne démontrent pas d’économie réelle. Par exemple, une étude réalisée aux États-Unis a montré que le changement d’heure entraînerait plutôt, dans certaines régions du globe, une augmentation des besoins en chauffage le matin au début du printemps et en climatisation les soirs d’été. Résultat : une surconsommation de 1%.

De plus, l’intérêt énergétique est considérablement amputé dans certains pays chauds et développés : en effet, une heure d’ensoleillement supplémentaire constitue une heure de plus où les climatiseurs fonctionnent à plein rendement. C’est ce dernier argument qui a permis à l’Etat américain d’Arizona de ne plus appliquer de changement d’heure, alors que la quasi totalité des Etats-Unis s’y soumet encore.

Rappelons au passage que la philosophie opérationnelle derière le changement d’heure est de faire coïncider au mieux les heures d’activité humaine avec les heures d’ensoleillement et ainsi limiter le recours à l’éclairage artificiel.

L’agriculture

La majorité du secteur agricole, notamment en ce qui concerne l’élevage et la production laitière, s’oppose au changement d’heure. D’après les agriculteurs, le bétail s’adapterait difficilement aux bouleversements d’horaires, ce qui engendrerait des baisses de rendement de la production laitière au cours de la phase de transition.

La sécurité routière

L’amélioration de la sécurité sur les routes n’a pas été clairement démontrée par les études.

Certaines données laissent entendre que la lumière du soir aiderait à éviter des accidents aux automobilistes et aux piétons, préservant des vies.

Mais cette analyse est contestée. Selon la Police nationale française, l’heure d’hiver accroît la période d’obscurité aux heures de pointe, heures auxquelles les usagers de la route sont les plus nombreux et les plus fatigués. Lors de cette même période, les conditions météorologiques seraient aussi moins favorables.

Avec le changement d’heure, on dénombrerait au contraire une augmentation du nombre d’accidents.

La protection de l’environnement

Selon de nombreux écologistes, en passant à l’heure d’été, l’heure de pointe coïncide alors avec les périodes les plus chaudes de la journée, ce qui augmente les concentrations d’ozone et donc la pollution de l’air. Une étude d’une agence française pour la qualité de l’air réalisée en 1986 chiffrait l’augmentation en ozone d’en moyenne 10%.

La santé publique

Le monde médical avance que la modification des rythmes biologiques occasionne des troubles du sommeil, de l’appétit, de l’humeur et plus d’infections virales lors des changements horaires, surtout au passage à l’heure d’été, où le temps de sommeil est amputé d’une heure. L’Assemblée nationale française a reconnu dans une étude en 1996, que certains inconvénients avaient pu être constatés pour les catégories les plus fragiles de la population, notamment les personnes âgées, les malades et les enfants.

Un avantage fréquemment avancé à l’appui de l’heure d’été a été trouvé dans l’allongement des journées permettant les activités de plein air en fin de soirée à la lumière solaire.

Mais l’augmentation des pratiques sportives n’est possible que si les structures (stades, piscines, etc.) proposent des horaires plus tardifs.

Le changement d’heure dans le monde.

De nombreux pays dans le monde n’appliquent pas le changement d’heure, dont la Chine, le Maroc, l’Islande et le Queensland en Australie. D’autres ont également abandonné le système après l’avoir pratiqué.

changement-heure-monde

Pour que le système ait un sens, il faut que des variations saisonnières de luminosité soient suffisamment importantes.

À Lagos (Nigeria) par exemple, la durée du jour n’évolue que de 45 minutes sur l’ensemble de l’année, rendant la mesure non pertinente, comme c’est le cas des régions situées près de l’équateur.

C’est donc dans les régions tempérées du globe que la mesure est appliquée, avec quelques différences.  Au delà, l’intérêt énergétique est considérablement amputé dans certains pays chauds et développés : en effet, une heure d’ensoleillement supplémentaire constitue une heure de plus où les climatiseurs fonctionnent à plein rendement. C’est cet argument qui a permis à l’Etat américain d’Arizona de ne plus appliquer de changement d’heure (alors que la quasi totalité des Etats-Unis s’y soumet).

La petite Histoire du changement d’heure

Jouer avec les aiguilles est une vieille lubie ! Avec pour point de départ, une insomnie : celle de l’inventeur et franklin-benjaminhomme politique américain Benjamin Franklin. En 1784, alors qu’il est ambassadeur des Etats-Unis en France, il est réveillé très tôt par un bruit dans la rue. Constatant à travers les rideaux qu’il fait grand jour, il envoie une lettre sarcastique au Journal de Paris. Dans le courrier, il se désole des heures de lumière matinale perdues et propose aux Parisiens de se lever plus tôt. Les gens iraient, de fait, se coucher de bonne heure, ce qui permettrait d’économiser des milliers de bougies et chandelles. Il propose même, à demi sérieux, de faire sonner les cloches des églises dès l’aube pour réveiller les dormeurs et, si cela ne suffit pas, de tirer des coups de canon pour les forcer à se lever…

Plus de cent ans plus tard, un entomologiste néo-zélandais se lasse de voir ses chasses aux insectes interrompues par la nuit. Georges Vernon Hudson retourne l’argumentation : et si on demandait aux horloges de changer, pas aux gens ? Il invente donc l’idée d’une heure d’été qui s’appliquerait à la belle saison australe. Il propose à la Royal Society of New Zealand de décaler les horloges de deux heures aux équinoxes afin de permettre à chacun de profiter au mieux : “du cricket, du jardinage, du cyclisme ou toute autre activité extérieure”. Ses amis scientifiques sont très sceptiques, mais l’intense débat provoqué dans la presse par cette proposition est entendu à l’autre bout du monde…

En Grande-Bretagne, le patron d’une entreprise de travaux publics William Willett promeut l’idée à partir de 1907. Il propose que les horloges soient progressivement avancées au printemps par petits sauts de 20 minutes. C’est finalement pendant la Première guerre mondiale que ces argumentaires sont entendus. A l’époque, l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie cherchent à économiser un maximum de charbon. Pour limiter la consommation domestique, les autorités militaires décrètent dans les deux pays l’adoption de l’heure d’été.

Au printemps 1916, les deux pays changent d’heure pour la première fois, bientôt suivis par le Royaume-Uni, la France et les Etats-Unis. Chacun de ces pays abandonne la mesure une fois la paix revenue.

En 1940, l’Allemagne nazie réintroduit l’heure d’été, toujours pour préserver ses réserves de charbon. Afin de favoriser la bonne circulation des trains entre les deux pays, l’occupant exige du régime de Vichy qu’il adapte les horloges françaises. Paris et le reste de l’Hexagone quittent le fuseau de Londres (Greenwich) pour rejoindre celui de Berlin et adopte en même temps l’heure d’été. Pendant longtemps, l’idée de changement d’heure en Europe restera associée avec cette période sombre dans l’esprit.

Prochains changements d’heure au Canada

  • Avancer l’heure dans la nuit du 11 au 12 mars 2017.
  • Reculer l’heure dans la nuit du 4 au 5 novembre 2017, avancer dans la nuit du 10 au 11 mars 2018.
  • Reculer l’heure dans la nuit du 3 au 4 novembre 2018, avancer dans la nuit du 9 au 10 mars 2019.

Prochains changements d’heure en France

  • Avancer l’heure dans la nuit du 25 au 26 mars 2017.
  • Reculer l’heure dans la nuit du 28 au 29 octobre 2017, avancer dans la nuit du 24 au 25 mars 2018.
  • Reculer l’heure dans la nuit du 27 au 28 octobre 2018, avancer dans la nuit du 30 au 31 mars 2019.

Début des saisons dans l’hémisphère Nord

  • Solstice d’hiver: Quand le soleil se trouve le plus au sud, le 21 décembre 2016.
  • Équinoxe du printemps: Soleil directement au-dessus de l’équateur, le 20 mars 2017.
  • Solstice d’été: Quand le soleil se trouve le plus au nord, le 20 juin 2017.
  • Équinoxe d’automne: Soleil directement au-dessus de l’équateur, le 22 septembre 2017.

Quelques ressources utiles

PARTAGER

Commentaire Facebook !