Québec sommé de taxer les boissons sucrées et encore plus le tabac

fontaine soda boissons sucrées

Pour assurer le financement de la création d’environnements favorables à la santé des citoyens, les quelque 880 organisations membres du Regroupement pour un Québec en santé proposent d’imposer une taxe sur les boissons sucrées et d’augmenter la taxe sur le tabac.

Le regroupement demande au gouvernement du Québec d’investir 4,8 milliards de dollars au cours des 10 prochaines années et propose des solutions pour en financer une partie. Elles demandent au gouvernement d’entreprendre des actions concrètes à ces sujets dès le prochain budget.

Le Regroupement rappelle au gourvernement que la taxe québécoise actulle de 29,80 $ par cartouche de cigarettes est la plus basse au Canada, loin derrière la moyenne canadienne de 51,87 $. Il estime qu’une augmentation de 1 $ par paquet serait dissuasive et permettrait de réduire le nombre de fumeurs québécois de 100 000.

Toutes les organisations membres martèlent que le tabagisme et certaines maladies qui y sont liées coûtent très cher à la société québécoise.

Outre les impacts sociaux et humains liés à la mort prématurée de près de 20 000 personnes par année et aux souffrances qui y sont associées, les coûts annuels directs assumés par le ministère de la Santé totaliseraient 3,4 milliards de dollars.

L’impact économique de ces maladies, incluant les coûts indirects, atteindrait près de 10 milliards chaque année, selon Mélanie Champagne, membre de l’exécutif du Regroupement.

Taxer aussi toutes les boissons sucrées

Quant à la taxe sur les boissons sucrées, ce regroupement affirme que les résultats des mesures implantées ailleurs dans le monde démontrent qu’elle diminue de manière considérable la consommation de sucre responsable des maladies liées à l’obésité.

Il demande donc au gouvernement d’implanter une taxe de 10 cents le litre. Les revenus escomptés de cette nouvelle taxe sur le sucre seraient de 720 millions de dollars.

Pour faire suite à cet article, je vous recommande de lire celui-ci sur le même sujet et de commenter après.

Si le gouvernement va de l’avant, est-ce que l’argent ira ou le Regroupement le veut? Jusqu’où une société peut taxer pour le bien commun? Que devient le choix individuel?

SourcePC
PARTAGER

Commentaire Facebook !