Un régime anti-inflammatoire pourrait réduire les risques de fractures

aliments-anti-inflammatoires

Pour prévenir les fractures liées à des problèmes de densité osseuse, notamment chez les femmes les plus jeunes, des chercheurs américains préconisent un régime anti inflammatoire, de type méditerranéen, déjà connu pour prendre soin du coeur. 

Les bienfaits sur la santé du régime méditerranéen, qui fait la part belle aux fruits, aux légumes et aux aliments non raffinés, sont déjà connus grâce à de nombreuses études précédentes mettant en lumière ses effets pour réduire les risques de cancer, de maladies cardiovasculaires, mais aussi de Parkinson et d’Alzheimer.

Un tout autre domaine, celui du squelette, serait intéressé par ce type d’alimentation, selon cette nouvelle étude américaine de l’Université de l’Ohio qui invite les femmes à booster leur capital osseux grâce à leur assiette.

Et pour cause, de nombreuses femmes découvrent, le plus souvent à la ménopause vers 50 ans, une fragilité osseuse, appelée ostéoporose, qui expose à des risques de fractures.

Une cohorte de 160.191 femmes âgées de 50 à 79 ans, sans antécédents de fractures, ont été suivies entre 1993 et 1998 pour évaluer les risques de fractures de la hanche, de l’avant-bras et plus globalement de l’ensemble du squelette. Le degré inflammatoire de leur régime alimentaire a été mesuré, trois mois avant les tests, grâce à un index prenant en compte 32 aliments principaux. 

D’après les résultats, le risque le plus élevé de fractures concernent les femmes blanches les plus jeunes suivant un régime pro-inflammatoire élevé. Celles-ci ont deux fois plus de risque de se fracturer la hanche que les femmes adoptant le régime le moins inflammatoire. 

En revanche, sur l’ensemble des participantes, aucune corrélation n’a été trouvée entre régimes pro-inflammatoires et les cas de fractures en général. Chez les femmes aux régimes les plus diététiques, les chercheurs ont trouvé un risque légèrement inférieur concernant le risque de fracture de l’avant-bras et de fractures en général, probablement dû à une pratique sportive plus importante et donc des chutes moins fréquentes.

A ce sujet, une étude suédoise a conclu récemment qu’une activité sportive renforcée (au moins 3h30 par semaine) avant la puberté, dès le plus jeunes âge en période de croissance, permettait de favoriser le développement osseux. 

A noter que les femmes en bonne santé avaient au début de l’expérience une densité osseuse plus faible mais ont moins perdu d’os que leurs homologues aux régimes pro-inflammatoires. Leur plus petite taille explique en partie ce phénomène, souligne l’étude. 

En vieillissant, le fait de conserver son capital osseux est le plus important, surtout après la ménopause, période à laquelle les femmes voient leur densité osseuse chuté considérablement.

Pour conclure, tous les facteurs favorisant l’inflammation augmentent potentiellement le risque d’ostéoporose et de fractures, selon l’étude, d’où l’intérêt de miser sur un régime méditerranéen à base de fruits, légumes, poissons, oméga-3 et céréales complètes. Sans oublier la Vitamine D (sardines, maquereaux, foie de veau, oeufs et l’huile de foie de morue) indispensable pour le développement et la régénération de l’os, surtout pour les sportifs réguliers.

Les résultats de cette étude sont publiés dans le Journal of Bone and Mineral Research.

 

Commentaire Facebook !