La semaine sans tabac rappele qu’un fumeur sur deux en meurt

cigarette

Afin de  convaincre davantage de gens de cesser de fumer, la Semaine pour un Québec sans tabac rappelera cette année qu’un fumeur sur deux meurt d’une maladie grave à cause du tabac.

Du 15 au 21 janvier 2017, la Semaine pour un Québec sans tabac décrira par un ton choc certains des ravages du tabagisme auprès des fumeurs, mais du point de vue de leurs proches. Avec son slogan Le tabac tue un fumeur sur deux, la 40eédition de cette campagne illustrera que les maladies et les décès prématurés causés par le tabac accablent et inquiètent grandement les proches des personnes qui fument.

Selon un sondage Léger dont les résultats ont été dévoilés mardi au cours d’une conférence de presse, 46 % des Québécois connaissent au moins une personne qui souffre présentement ou a déjà souffert d’une maladie grave à cause du tabac

Le tabac tue un fumeur sur deux et cause une hospitalisation sur trois au Québec, a indiqué Mario Bujold, directeur général du Conseil québécois sur le tabac et la santé.

Sur 60 000 décès qu’on a connus en 2015 au Québec, 10 400 sont attribuables au tabagisme.

Mario Bujold, directeur général du Conseil québécois sur le tabac et la santé

C’est une étude épidémiologique réalisée sur 50 ans au Royaume-Uni, auprès de quelque 35 000 médecins, qui a démontré que la moitié de ceux qui fument sur une longue période meurent des conséquences de cette habitude.

Le Conseil québécois sur le tabac et la santé a souligné, à l’occasion du lancement de la Semaine pour un Québec sans tabac, qu’encore aujourd’hui, 1,4 million de Québécois fument.

Le directeur national de santé publique, le docteur Horacio Arruda, affirme que des progrès ont été réalisés grâce aux différentes mesures et réglementations qui ont été adoptées au fil des ans : des restrictions sur les emballages, sur les endroits où il est permis de fumer, par exemple.

” On est maintenant avec une norme sociale différente, a noté le docteur Arruda.”

Plusieurs programmes et outils existent pour ceux qui veulent cesser de fumer, rappelle-t-il. ” Les fumeurs, on n’est pas là pour les écœurer; on est là pour les aider, a-t-il dit.

À l’heure où plusieurs cherchent une pilule pour allonger l’espérance de vie, il rappelle que le tabagisme est ” la première cause de décès qui est évitable”.

Le Conseil québécois sur le tabac et la santé a aussi diffusé ses nouvelles publicités, où l’on voit une épée de Damoclès sur la tête d’un père, d’une mère. Et l’épée est suspendue par une corde, qu’une cigarette brûle tranquillement.

La porte-parole de la Semaine pour un Québec sans tabac, cette année, est la présentatrice météo Colette Provencher, elle-même ancienne fumeuse, dont le père, qui souffrait d’emphysème, est décédé à la suite d’un cancer du poumon.

Commentaire Facebook !