Le Soleil n’est pas dans son état normal

Une série de violentes éruptions solaires ont affecté des communications radio sur Terre

Une gigantesque tache de la taille de Jupiter est apparue mi-octobre sur la surface de notre étoile, engendrant une série de violentes éruptions solaires qui ont affecté des communications radio sur Terre.

Le Solar Dynamics Observatory (SDO) de la Nasa, l’Agence spatiale américaine, a eu la chance de pouvoir observer pas moins de six éruptions solaires massives en une semaine. La dernière, a été classée en niveau X2 par la Nasa, qui indique que le Soleil est entré dans une phase très active d’éruptions. Les éruptions de classe X sont la catégorie la plus intense, et une éruption X2 est deux fois plus intense qu’une poussée notée X1.

Depuis le 17 octobre, une grosse tache souille sa surface. Ce phénomène est exceptionnel par son ampleur: d’après la Nasa.

Elle a fini par atteindre une taille comparable à celle de Jupiter, la plus grosse planète du Système solaire (140 000 km de diamètre). Les astronomes amateurs ont pu observer ce spectacle à l’œil nu ces derniers jours en utilisant des filtres spéciaux pour ne pas se brûler la rétine. Il faut remonter à 1990 pour retrouver la trace d’une tache aussi grande.

Les taches solaires correspondent à une zone d’activité magnétique intense qui perturbe la circulation du plasma solaire et ralentit ainsi le transfert de chaleur depuis l’intérieur vers l’extérieur du Soleil. La température de surface chute alors de plusieurs milliers de degrés ce qui engendre cette baisse de luminosité.

Ces taches sont aussi des zones de profonde instabilité. L’énergie magnétique s’y accumule avant d’être brutalement libérée de façon encore imprévisible: c’est l’éruption solaire qui dégage de grandes quantités de rayons X et UV très intenses accompagnés de flux de particules chargées.

Comme mentionné plus haut, en une dizaine de jours seulement, six éruptions majeures de classe X ont ainsi été enregistrées. Plusieurs de ces bouffées électromagnétiques ont été émises vers la Terre et ont atteint notre ionosphère, perturbant certaines communications radio à ondes courtes qui utilisent cette couche atmosphérique pour se propager sur de grandes distances. Ces photons ont aussi pu temporairement et localement altérer la précision du système de positionnement GPS.

La magnétosphère semble en revanche avoir joué son rôle de bouclier protecteur en détournant les particules chargées, potentiellement dangereuses pour les systèmes électroniques des satellites, autour de le Terre. Ces éruptions solaires, pour impressionnantes qu’elles soient, ne sont pas dangereuses pour l’être humain.

Ce sursaut d’activité intervient alors que le Soleil est dans une phase décroissante de son activité, qui suit un cycle de 11 ans.

«Paradoxalement, c’est souvent dans ces périodes d’accalmie que les taches les plus grosses apparaissent, souligne Jean Aboudarham, astronome à l’observatoire de Paris spécialisé dans l’étude du Soleil. Il n’est d’ailleurs pas incongru que cette phase de transition soit un peu plus mouvementée que d’ordinaire, car ce 24e cycle a été très calme. Il est possible que le Soleil ait encore beaucoup d’énergie magnétique emmagasinée à évacuer.»

Le Soleil effectuant un tour sur lui-même en 27 jours, la tache va bientôt disparaître à notre vue en passant derrière notre étoile. Cela ne veut pas dire que d’éventuelles éruptions ne puissent pas nous atteindre: les particules chargées peuvent suivre des lignes courbes qui les ramènent vers la Terre. Ce risque va néanmoins très fortement diminuer.

«Étant donnée sa taille, la tache ne devrait pas disparaître tout de suite, estime Miho Janvier, jeune spécialiste franco-japonaise du Soleil à l’université de Dundee, en Écosse. Elle devrait réapparaître par la gauche dans une dizaine de jours. Nous pourrons alors voir comment elle a évolué. Je suis aussi curieuse de voir comment une autre structure, un filament sombre visible dans l’hémisphère nord, va se comporter.»

 

SourceNASA
PARTAGER

Commentaire Facebook !