Les téléphones intelligents révolutionnent la médecine

outils médecine diagnostic

Les capteurs des téléphones intelligents et des applications utilisées à des fins médicales sont en voie de révolutionner la façon de diagnostiquer et de traiter des maladies chroniques, selon des chercheurs américains réunis en congrès à Boston.

La caméra, le flash, le micro et le GPS des téléphones portables sont ” de plus en plus performants et capables de ” rivaliser avec des instruments d’imagerie spécialisés, explique Shwetak Patel, professeur de science informatique et d’ingénierie à l’université de Washington, à Seattle, à l’occasion de la conférence annuelle de l’American Association for the Advancement of Science.

Les téléphones intelligents font déjà office de podomètre, comptent les calories consommées ou mesurent le rythme cardiaque. Les spécialistes expliquent qu’ils pourraient aussi devenir des outils de diagnostics performants en modifiant l’utilisation de leurs capteurs.

Par exemple, selon Shwetak Patel, les micros peuvent mesurer les capacités pulmonaires et détecter une crise d’asthme.

Il est également possible de se servir de la caméra et du flash pour mesurer, sur un doigt, et à l’aide d’une application, le taux d’hémoglobine dans le sang et ainsi déterminer si une personne est anémique ou manque de fer.

Ces avancées technologiques permettraient de mieux contrôler les maladies chroniques à l’extérieur des cliniques.

Des soins plus accessibles, des essais cliniques plus performants

Dans les pays développés, ces nouveaux outils médicaux individualisés changent la relation entre les patients et les médecins en donnant aux malades la possibilité d’obtenir fréquemment des données médicales qui n’étaient auparavant recueillies qu’une fois par an dans le cabinet du médecin.

La performance des téléphones portables aide déjà des malades atteints de diabète ou de cancers à mieux gérer leur maladie, indique Elizabeth Mynatt, professeur d’informatique interactive au Georgia Institute of technology.

“Notre étude montre que la technologie portable a profondément modifié le comportement de ces malades capables de mieux se prendre en main.”

Parce qu’ils permettent de recueillir un nombre important de données, les téléphones intelligents et les plateformes mobiles sont même de plus en plus vus comme un moyen de rendre les essais cliniques plus performants, ajoute Gregory Hager, directeur du Centre d’ingénierie et de soins médicaux à la faculté de médecine Johns Hopkins.

Il ajoute que les téléphones intelligents permettent d’effectuer des micro-essais cliniques beaucoup plus efficaces avec des données en temps réel, plus proches de la réalité, et pour un coût nettement plus bas que les 12 millions de dollars américains que coûte en moyenne une telle étude.

Commentaire Facebook !