Le successeur de Kepler partira à la recherche d’exoplanètes en 2017

Télescope spatial TESS

La NASA  lancera un nouveau satellite permettant de récolter des informations sur des exoplanètes.

Le Transiting Exoplanet Survey Satellite, alias TESS, est un projet du Massachusetts Institute of Technology (MIT). L’agence spatiale américaine mentionne qu’il serait financé à hauteur de 200 millions de dollars.

Mené par George Ricker, chercheur au MIT Kavli Institute for Astrophysics and Space Research (MKI), le projet utilisera de nombreuses caméras grand angle afin de capturer une vue d’ensemble du ciel la plus large possible. L’objectif ? Découvrir des exoplanètes en transition près du système solaire, dont la taille irait de la Terre aux géantes gazeuses.

George Ricker explique qu’avec ce satellite :

“Nous serons capables d’identifier des centaines de nouvelles planètes situées dans le voisinage du système solaire, en nous focalisant particulièrement sur des planètes dont la taille est comparable à celle de la Terre”

Le satellite permettra d’étudier la masse, la taille, la densité, l’orbite et l’atmosphère d’une multitude de petites planètes, y compris les nuages de rochers. Il sélectionnera un ensemble de cibles intéressantes dont les données seront transmises notamment au James Webb Space Telescope.

Les études précédentes, réalisées à l’aide de télescopes basés sur Terre , avaient déjà permis de découvrir des exoplanètes géantes. De même, le télescope spatial Kepler de la NASA avait découvert des exoplanètes plus petites.

TESS devrait permettre d’examiner un grand nombre de petites planètes, situées autour des étoiles les plus brillantes du ciel.

Une fois en  place, le satellite fera parvenir ses données toute les deux semaines, tout en restant à l’abri des radiations et gardant les caméras à une température stable.

Le projet TESS sera réalisé en partenariat avec l’Instituts for Astrophysics and Space Research du MIT Kavli, le Lincoln Laboratory du MIT, le Goddard Spaceflight Center de la NASA, l’Orbital Sciences Corporation, le Ames Research Center de la NASA, le Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, l’Aerospace Corporation et le Space Telescope Science Institute.

Outre George Ricker, l’équipe sera composée de Josh Winn, professeur de physique au MIT et Sara Seager, professeur en sciences et physique planétaire au MIT. Selon Sara Seager:

“TESS accélérera nos chances de découvrir des formes de vie sur une autre planète dans les prochaines décennies”

PARTAGER

Commentaire Facebook !