Un jeu vidéo pour soigner une maladie des yeux

Pour soigner une maladie oculaire, dont souffrent 3 % des enfants dans le monde, Ubisoft a développé avec Amblyotech un jeu vidéo qui serait capable d’améliorer la vision des patients joueurs.

Un jeu vidéo thérapeutique. Le concept est assez novateur mais pourrait bien faire des émules. « Dig Rush », c’est son nom, a été mis au point par l’éditeur de jeux Ubisoft en partenariat avec Amblyotech, une société spécialisée dans les applications électroniques pour les déficiences oculaires. Son objectif  ? Réduire l’amblyopie, une pathologie dont souffrent 3% des enfants dans le monde et qui se manifeste par une différence ou un décalage de la perception visuelle entre les deux yeux.

« Les traitements existants comportent plusieurs limites. En particulier, le bandeau oculaire est inconfortable et peut causer une stigmatisation sociale pour ceux qui le portent, notamment les enfants. Or, la thérapie brevetée par Amblyotech a clairement démontré une amélioration significative de l’acuité visuelle des enfants et des adultes qui souffrent d’amblyopie sans utiliser le bandeau », a expliqué Joseph Koziak, président-directeur général d’Amblyotech.

Brevet exclusif

Ce jeu est basé sur une méthode brevetée exclusivement pour le traitement de l’amblyopie. Ce brevet a été acquis par Amblyotech auprès de l’Université McGill à Montréal dont la directrice adjointe du bureau de la recherche et de la commercialisation, Michèle Beaulieu, s’est félicitée de « voir une technologie inventée à l’université faire le saut vers la commercialisation ».

Le traitement de l’amblyologie est généralement basé sur un renforcement de l’oeil plus faible. Avec le jeu, le cerveau va faire fonctionner les deux yeux « grâce à la perception de contrastes de rouge et de bleu au travers de lunettes stéréoscopiques », ont expliqué les concepteurs. « Le médecin pourra mieux ajuster les paramètres du jeu en fonction de l’état de l’oeil faible du patient pour permettre aux deux yeux de percevoir ce qui se passe sur l’écran », indique ubisoft.

« Dig rush » sera disponible sur des tablettes électroniques fournies par les professionnels de la santé mais il doit encore être approuvé par les autorités compétentes avant sa commercialisation.

Jeu vidéo vs dépression

Le développement de jeux vidéos à vertu thérapeutique en est encore à ses balbutiements mais d’autres expériences sont en cours. C’est par exemple le cas du projet Sparx en Nouvelle-Zélande. Les chercheurs de l’université d’Auckland ont en effet mis au point un jeu vidéo en 3D pour le traitement de la dépression clinique chez les adolescents.

Pour tester l’efficacité thérapeutique du jeu, les chercheurs ont fait appel en 2012 à 187 adolescents âgés de 12 à 19 ans qui ont également été séparés en deux groupes. Le premier a testé « Sparx » pendant quatre à sept semaines alors que le second a suivi une série d’entretiens avec des psychologues. Trois mois plus tard, 44 % des joueurs étaient remis de leur dépression contre 26 % des autres patients. Toutefois, la thérapie classique a obtenu une plus forte adhésion avec 96 % de patients satisfaits.

PARTAGER

Commentaire Facebook !